Les bienfaits printaniers de l’ail des ours

ail des ours en sous-bois

Comme chaque année, quand le temps en est venu, je pars en forêt cueillir dans la joie le précieux or vert de ma santé : l’ail des ours.
Il est pour moi l’occasion d’une merveilleuse cure annuelle, ainsi que de belles promenades dans les sous-bois du charmant Berry.
Je le ramasse par poignées de feuilles dès la fin mars, et jusque début mai.

Cette année, je ne suis pas seul dans cette déambulation thérapeutique. Car désormais Gaëlle est à mes côtés, appréciant avec moi, à travers difficultés et vertiges, la beauté enivrante et apaisée d’être au monde, vers la joie renouvelée d’une vie nouvelle, une vie en mieux, une vie à deux !

 

Qu’est-ce que l’ail des ours ?

L’ail des ours, de son nom latin allium ursinum, est de la famille des alliacées, comme un autre bienfaiteur universel : l’ail cultivé. Il en partage les bienfaits comme nous le verrons, mais tout en étant sans doute plus subtil, spirituel et sauvage.

C’est une plante de sous-bois frais et ombragés. Il faut donc cheminer par les forêts et lisières de bois pour en trouver. Les coins où débusquer ce trésor ne sont pas rares par ici, mais ils sont préservés par ceux qui s’en servent, et qui n’en transmettent pas si facilement le secret. Il y a quelque chose d’antique et de magique autour de cette plante !

Vous trouverez plus de détails sur la plante ici.

Un petit aspect que j’aime particulièrement en allant cueillir l’ail des ours, c’est de déguster sur place de jeunes boutons floraux. En effet, ils concentrent à la fois les bienfaits et le goût de cette plante divine.

 

Plusieurs façons de le cuisiner cru ou cuit

Une fois que vous aurez ramassées les précieuses feuilles, conservez-les au frais au bas du frigo, bien emballées, et consommez-les rapidement. D’une part, elles perdent assez vite de leurs bienfaits, et, d’autre part, il est aisé et bénéfique, de retourner en chercher au gré d’une bien agréable balade !

Le plat le plus connu que l’on prépare à partir de l’ail des ours, est bien entendu le pesto. Il est similaire à celui que l’on réalise avec le basilic et tout aussi délicieux, voire davantage. Mais pour ma part, et comme j’aime manger en frais et avec peu de transformations, ce genre de petits miracles de saison, je le consomme le plus souvent en salade avec d’autres plantes, ou dans de délicieux brunchs partagés avec Gaëlle.

poellée avec ail des ours
poêlée du brunch avec ail des ours

 

 

Ses bienfaits

Les bienfaits se font rapidement sentir. Endurance, plus grande force physique, également purification des intestins et du sang, meilleure mine, perte de poids – ou plutôt devrais-je dire, du surpoids… Et il ne faut pas oublier, bien entendu, l’effet vermifuge qui allège l’organisme de divers parasites lui rendant plus d’aisance à digérer et à se déplacer. Mais l’effet peut-être le plus immédiat c’est la joie qu’il procure à l’organisme, et qui se corrèle parfaitement avec celle de la renaissance printanière, pour le meilleur !

Pour conclure, je te laisse regarder cette courte vidéo où notre adorable coq convalescent Oak donne son avis sur l’ail des ours !

 

N’oublie pas, ami créateur de bonheur, une vie en mieux c’est d’abord une vie plus saine et plus équilibrée pour ta santé !

Si tu as aimé cet article, tu es libre de le partager sur tes réseaux. Merci à toi !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire