Rites, rythmes et saveurs de vie

image du film powaqatsi

Il y a des années, j’ai été fasciné par les indiens hopis… et je le suis toujours.

Cela a commencé par un livre, Soleil hopi, de DON C. Talayesva… et un documentaire, d’ailleurs toujours visible sur youtube, intitulé Le cinquième monde.

Je ne peux que fortement t’inciter à le visionner.

 

hors temps

Comme nombre de peuples premiers, les Hopis ont des rites tout au long de l’année, des saisons.

Toute leur vie est rythmée par le passage du “divin” dans les rites, et par les saisons que ces rites chantent.

Il y a quelque chose de bouleversant et d’extraordinaire à comprendre la vie dans ses rythmes fondamentaux et de s’accorder à ces lois. Dans chaque geste, dans chaque journée, tout au long de la vie. Une paix et un bienfait incroyables en découlent.

C’est une vie heureuse et comme hors temps, d’avoir dépassé le temps dans des rites traduisant des rythmes cosmiques. Dans ce vrai bonheur d’être au monde, le temps n’existe pas… pas tel que nous l’entendons, et bien trop souvent, le subissons sans le comprendre.

 

couleurs, rythmes et saveurs

Les indiens hopis ont pour aliment central le maïs, lointain héritage des anciens peuples parlant nahuatl, en remontant aux Aztèques… Quatre couleurs de maïs correspondant, analogie oblige, aux quatre directions cardinales. Le bleu, le jaune, le blanc et le rouge. A chaque couleur de maïs correspond aussi un certain type de rite, et de lien au temps et au sacré. On est toujours dans la pensée analogique (au sens de Descola). Chaque maïs a aussi sa saveur et sa manière d’être préparé.

Chez les Hopis, les couleurs, les rythmes et les saveurs se répondent d’une manière toute singulière, qui leur est propre. Qui correspond à leur approche du temps et de la vie, y compris cosmique.

Nous devrions prendre exemple sur eux et comprendre dans de nouveaux rites à réinventer pour nous, de telles correspondances.

 

Powaqatsi

Powaqatsi est un film extraordinaire.

On y voit notamment, avec les rythmes de leurs usages quotidiens, façon de battre le blé ou de piler le mil, les danses des peuples, ou plutôt les similitudes entre danses de peuples aussi éloignés que les péruviens descendant des incas, certains peuples africains, des tibétains, etc. tous usent de formes géométriques, de nombres, de lignes, de pas de danse et de couleurs qui se répondent. Il faut vraiment voir dans ce film comment cela fonctionne. Cela donne le vertige. Car les distances et les préjugés s’abolissent dans cette mise en perspective et en abîme.

Voir ainsi l’humanité une dans des rites de vie mis en analogie est éclairant !

L’on mesure ensuite tout l’impact de la séparation d’avec cette unité, si bien mise en perspective dans le début du film suivant Naqoyqatsi qui ne commence pas par hasard sur une image insistante et iconique de la tour de Babel, et de la séparation qui en découle pour l’humanité…

Si vous voulez un résumé de ce joyau de vrai cinéma – il y en a tellement de faux ! -, c’est ici.

Le réalisateur de la trilogie des Qatsi – qatsi veut dire vie en langue hopi -, dont Powaqatsi est la pièce centrale, le milieu, se nomme Geoffrey Reggio. Il a vécu – non, ce n’est pas un hasard – de très nombreuses années parmi les indiens hopis, et bien entendu, les trois titres de sa trilogie : koyanisqatsi, powaqatsi et naqoyqatsi, sont des expressions directement puisées de la langue hopi. Trois traductions, trois approches, trois manières de voir la vie dans la transformation du monde et de l’histoire. Elles sont parfaitement bien expliquées sur la page wikipédia consacrée à la trilogie, j’y renvoie donc ici.

 

Si tu as aimé cet article, tu es libre de le partager sur tes réseaux. Merci à toi !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire